Le SITCOM

SERVICES DANS VOTRE COMMUNE

Pour obtenir les infos sur une commune

L'unité de valorisation énergétique (UVE)

Photo UVE

Après deux ans et demi de travaux, l’UVE est opérationnelle depuis début 2017. D’une capacité de 83 000 tonnes/an, elle produit 50 GWh d’électricité chaque année, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une commune d’environ 30 000 habitants. La valorisation énergétique participe à la réduction des gaz à effet de serre et limite le recours aux énergies fossiles.

Le coût de la construction de l’UVE s’est élevé à 83 millions d’€, financés à 100 % par le SITCOM. Cet impact financier est limité par l’absorption du surplus de déchets jusqu’alors traités à l’extérieur, la production d’électricité revendue sur le réseau EDF, dont les recettes annuelles sont estimées à 3 millions d’euros, ainsi que l’augmentation prévue de la population qui permettra de nouvelles ressources financières.
 

Pourquoi construire une UVE ?


Le SITCOM Côte sud des Landes collecte et traite les déchets de plus de 160 000 habitants. Il y a quelques mois encore, ces déchets étaient envoyés vers les usines d’incinération de Bénesse-Maremne et de Messanges, construites dans les années 70, mais également vers des sites extérieurs, faute de disposer des capacités suffisantes sur le territoire. Ces déchets n’étaient alors pas valorisés, ce qui n’était plus un mode de fonctionnement satisfaisant et une façon de faire acceptable au regard des règlements et législations en vigueur.

L’obligation réglementaire d’associer la valorisation énergétique au traitement des déchets a conduit le SITCOM à s’engager dans la construction d’une nouvelle unité de valorisation énergétique (UVE) à Bénesse-Maremne, destinée à rendre le SITCOM autonome dans le traitement des déchets produits sur son territoire.

Produire de l'électricité à partir de nos déchets


L’UVE répond aux MTD, Meilleures Techniques Disponibles. Ces dernières sont celles présentant le meilleur compromis écologique et économique pour l’environnement.

 La technique choisie permet d’avoir une bonne performance énergétique car ici, il s’agit de traiter de mieux en mieux…et non de plus en plus ! L’UVE de Bénesse Maremne transforme ainsi  toute l’énergie en électricité. L’énergie globale annuelle vendue sur le réseau public d’électricité est de 50 GWh, sans compter l’énergie autoconsommée par l’usine pour ses propres besoins. L’énergie vendue chaque année correspond à la consommation annuelle d’une commune de 30 000 habitants.

Avant la mise en service de l’UVE, seuls 20% de nos ordures ménagères étaient valorisés (par la production de mâchefers, résidus de l’incinération).

Aujourd’hui, ce sont plus de 95% de nos ordures ménagères qui sont valorisées.


Le procédé

Le Four / chaudière
Le four (1), d’une capacité de 83 000 tonnes/an, génère par la combustion des déchets de l’énergie sous forme de chaleur. A la sortie du four, la chaudière (2) récupère cette énergie et la transfère à l’eau qui circule à l’intérieur pour la transformer en vapeur.

La valorisation énergétique
La vapeur à haute pression en sortie de chaudière actionne une turbine qui, couplée à un alternateur (GTA) (7), produit de l’électricité. La vapeur est ensuite refroidie dans un aérocondenseur (8) et l’eau, ainsi obtenue, reprend son circuit vers la chaudière.

Le traitement des fumées
En sortie de chaudière, l’injection de réactifs chimiques dans le réacteur (3) permet d’éliminer dans le filtre à manches (4) :
• pour le bicarbonate  : l’acide chlorhydrique, l’acide fluorhydrique, le dioxyde de soufre,
• pour le charbon actif : les dioxines / furanes et les métaux lourds.

En sortie du filtre à manches, l’injection d’un réactif chimique, l’ammoniaque, permet d’éliminer, dans le réacteur catalytique (5), les oxydes d’azote (NOx).

Avant le rejet dans l’atmosphère, la qualité des fumées est vérifiée en continu par des analyseurs (6).

Les résidus d’incinération
Les REFIOM (9) (résidus d’épuration des fumées de l’incinération des ordures ménagères), issus de la chaudière et du filtre à manches, sont éliminés par enfouissement, après traitement et stabilisation.

Les mâchefers (10), résidus solides de la combustion, sont utilisés, après traitement, en remblais et structures routières.

Le respect de l'environnement, une priorité


La maîtrise des rejets atmosphériques
Les fumées sont traitées et analysées : des analyseurs permettent de vérifier en continu la performance du traitement des fumées et donc la conformité des rejets vis-à-vis de la règlementation en vigueur.  Des analyses en semi-continu vérifient que les quantités de dioxines rejetées sont inférieures aux normes en vigueur. En complément de l’auto surveillance, un laboratoire agréé contrôle, chaque semestre, les rejets et les mesures des analyseurs.

La préservation de la ressource en eau
Le procédé de valorisation énergétique mis en œuvre permet l’absence de rejet hydrique dans le milieu naturel. L’ensemble des effluents liquides générés par l’UVE sont récupérés et réutilisés sur le site même.

Les résidus de l’incinération valorisés en sous-couche routière
Lors de la combustion des déchets, certains éléments ne peuvent être incinérés : les minéraux, le verre, les ferrailles, l’aluminium, … Ces éléments, appelés mâchefers, sont des résidus solides que l’on récupère à la sortie du four. Ils sont valorisés en sous-couche routière.  Une tonne d’ordures ménagères incinérée produit environ 250 kg de mâchefers, 10 kg de métaux ferreux et 10 kg de métaux non ferreux.

 

L'évolution du chantier en images

Extranet